Blackmore's Night France

Premier site Français dédié à Ritchie Blackmore et Blackmore's Night
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Irlande 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phil
Secret Voyage
avatar

Nombre de messages : 3749
Age : 55
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 18:25

D'un commun accord, Mme Phil et moi, en compagnie de nos deux filles, Maureen et Léa avions décidé pour ces vacances estivales de fouler les terres de la verte Erin, terres de légende et d'histoire et ce, en Punto verte, ce qui n'était pas une mince affaire.

Dimanche 10 août
Nous partons dimanche matin aux alentours de 9:00 dans la grisaille parisienne sans trop d'encombres, empruntant l'A13 via Rouen et Caen sans trop d'encombres sauf aux alentours de Caen où nous "essuyons" une averse diluvienne à tel point que sur l'autoroute, on n'y voyait pas à deux mètres. Nous parvenons à Cherbourg nous dirigeant ainsi vers l'Epsilon, le ferry censé nous emmener à Dublin. Au grand dam de ma femme, ma fille cadette en profite pour s'allumer une p'tite clope qu'elle s'est roulée elle-même.



Après une heure d'attente, nous embarquons à bord de l'Epsilon, somme toute assez spartiate, où le personnel navigant nous accueille étonnamment avec une certaine froideur en nous ordonnant de nous diriger vers les places assises qui nous sont allouées. Eh oui, au moment où nous avions réservé, il n'y avait plus de cabine de libre. Ce sera l'unique fois. Le voyage fut assez pénible car la mer fut quand même bien démontée à tel point que dans la nuit qui suivit l'aînée alla refaire la décoration de la porte des chiottes attenantes. Il est vrai que ça remuait quand même pas mal. Pour ma part, je choisissais de "dormir" (enfin, c'est beaucoup dire) par terre. J'attendais Dublin avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Secret Voyage
avatar

Nombre de messages : 3749
Age : 55
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 18:26

Lundi 11 août
Après donc une nuit vraiment agitée dans le ferry, nous atteignons Dublin vers 10:00 heure locale. Le débarquement s'effectue très rapidement. Tout comme le moment de vérité qui va lui aussi va intervenir très vite, à savoir conduire à gauche. J'opte pour la solution tranquille et essaie de m'adapter aux ronds points. J'aperçois incidemment l'O2, ex-The Point (photo à venir) où le Quo a récemment donné son dernier concert sous la forme The Frantic Four et qui est supposé sortir. La Punto se comporte très bien mais ça s'est normal, elle mettrait la misère à n'importe quelle Stormobile et ce, dans n'importe quelle condition. Une chambre d'hôtel, ma foi très cossue, nous y attend, un hôtel (Ardagh House, 1, Highfield Road) tenu par des gens absolument charmants.

Après avoir posé nos bagages, direction le centre ville pour aller grailler parce qu'autant le dire, on a la dalle. Nous nous rendons du côté de St Stephen's Park chez O'Brien, une chaine de restos irlandais qui nous propose de succulents bagels.


Une fois, les délicieux bagels ingurgités, pour digérer, nous traversons le superbe St Stephen's Park où fut pris le cliché de la pochette intérieure de Shades Of A Blue Orphanage de Thin Lizzy. Le parc est plutôt agréable et cela, les Dublinois l'ont compris puisque cela semble être un point de ralliement pour eux.





Arrivant en haut de Grafton Street, l'artère commerçante de la ville mon impatience grandit lorsque j'approche du petit carrefour avec Harry Street. C'est en effet là que la statue de Phil Lynott inaugurée en 2005, se dresse fièrement à côté d'un bar "Le Bruxelles". L'émotion est bien évidemment présente et là, je mitraille cette oeuvre d'art ô combien magnifique. Je le reconnais, j'attendais ça depuis très longtemps.






Nous remontons dans l'autre sens Grafton Street vers le centre commercial qui, à cette heure-là, pétille et fourmille. Des musiciens dont un Johnny Winter en herbe se produisent en pleine rue. A Dublin, c'est le 21 juin tous les jours. Au coin l'on y trouve un impressionnant centre commercial qui ressemble à un mini mall américain (St Stephen's Green Shopping Centre) où je me rends sur les conseils avisés de certains fans lizziens pour y dégoter un tee-shirt.



Le magasin en question se nomme Asha. Je fais l'acquisition d'un teeche Bad Reputation en lieu et place d'un tee-shirt Live And Dangerous que je finirai bien par trouver un jour ou l'autre. Ceci dit, celui de Black Rose était sympa mais bien trop petit. En ressortant, on est tombés sur ça :



La fin d'après-midi s'annonce très intense puisque successivement, nous nous dirigeons vers St Patrick's Cathedral, la Chester Beatty Library, le château de Dublin, Christ Church Cathedral, la Guinness Storehouse, cette dernière nous ayant fait endurer une marche assez longue.


St Patrick's Cathedral


Chester Beatty Library


La carte ayant échappé à la vigilance de ma fille cadette


Un papounet qui va la récupérer au péril de sa vie


Dublin Castle

Après la "longue marche" nous ayant mené à la Guinness Storehouse, des bâtiments vieillots sans charme apparent, nous reprenons la direction de Grafton Street et alentours pour nous restaurer. Mais avant, nous traversons également le quartier mythique de Temple Bar (les gens y consomment leur Guinness sur des tonneaux de fortune) pour déboucher sur le non moins célébrissime Ha' Penny Bridge où fut tourné le clip Old Town de Phil Lynott.







Le retour nous fait passer une nouvelle fois par Harry Street et donc une p'tite photo s'impose.....



Puis nous regagnons l'hôtel pour une nuit réparatrice car la précédente avait été très courte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Secret Voyage
avatar

Nombre de messages : 3749
Age : 55
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 18:28

Mardi 12 août
Réveil matinal puisque cette journée se voudra être bien remplie. Au programme, nous restons encore sur Dublin afin de visiter les curiosités que nous n'avons pas encore vues. En effet, le surlendemain, c'est le départ pour Belfast EN PUNTO. Après un Irish breakfast bien copieux pour lequel nous avons malencontreusement omis de prendre une photo (ce sera un bon prétexte pour y retourner), nous nous dirigeons vers l'arrêt du bus 140 qui nous emmène directement dans le centre ville.
Là, nous continuons un peu jusqu'au Trinity College considéré par les Dublinois comme un peu leur fierté. S'y trouve à l'intérieur une bibliothèque de toute beauté avec le célébrissime Livre de Kells. Etroitement surveillée, cette relique a pu quand même être prise en photo par ma fille cadette. Bon je sais, ce n'est pas bien mais bon, je ne suis pas près de revenir de suite à Dublin.






Le Livre de Kells


Trinity College

La visite est passionnante même si l'état général des troupes respire encore la fatigue de la traversée. En effet, c'est malgré tout un peu long. Nous passons devant la statue de Molly Malone, figure emblématique mais fictive de la culture irlandaise.



L'heure passe et il est temps de trouver un resto assez rapidement compte tenu du programme qui s'avère chargé.
Nous optons pour un excellent libanais qui nous propose un menu plus qu'abordable :



Le repas expédié, nous continuons notre visite et ce, malgré la petite panique lorsqu'à un moment donné, nous nous sommes quelque peu égarés pour trouver une curiosité, je ne sais plus laquelle. J'avais oublié mes lunettes de vue...........Dans ce genre de situation, il y a toujours un Irlandais pour venir à votre secours et ce, en toute courtoisie. La ville est très colorée, en perpétuel mouvement. On m'avait dit que la ville brillait par sa mocheté mais bon, on n'a pas dû voir le même Dublin. A aucun moment, on ne sent les gens stressés.




L'Olympia Theatre



On remonte Dame Street pour parvenir au musée Dublinia qui retrace l'histoire de la ville. Un lieu interactif que nous avions prévu de visiter la veille. Vu notre état, nous avions renoncé.





Après la visite culturelle, nous remontons O'Connell Street, les Champs Elysées dublinois où nous en profitons pour acheter les premières cartes postales.





Nous passons devant la General Post Office puis le célèbre Gate Theatre. Nous marchons ou plutôt piétinons à un bon rythme du fait de la présence des badauds (et cela est certainement plus fatigant que de marcher dans le cadre d'une randonnée). De fait, les filles peinent quelque peu.

En redescendant vers le centre névralgique de la ville à savoir Temple Bar, nous passons près du Wall Of Fame où sont représentées les stars irlandaises. Cela va de Phil Lynott, Rory Gallagher à U2 et Van Morrison.





Nous dinons au Bruxelles, le restaurant situé près de la statue de Phil Lynott . Ensuite, il nous reste à voir de nuit le pont Samuel Beckett ainsi que l 'O'Casey Bridge.


Samuel Beckett Bridge

Il se fait tard. Sachant que le dernier bus est à 23:30 et que nous avons quelques minutes de marche, nous quittons les lieux pour rejoindre l'arrêt du 140 et donc l'hôtel. Une journée certes très fatigante mais passionnante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Secret Voyage
avatar

Nombre de messages : 3749
Age : 55
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 18:28

Mercredi 13 août
Le lendemain, nous décidons de quitter la ville pour effectuer une distance d'environ 50 kms et ce, dans le but de faire une petite randonnée dans les Monts Wicklow.
Pour nous y rendre, nous empruntons un itinéraire particulièrement grandiose. La route est étroite ne laissant parfois la place qu'à un seul véhicule.





En quelques kilomètres, nous passons d'un monde citadin qui fourmille de mille parts à une lande sauvage vierge de toute infrastructure humaine. L'effet est saisissant.



Nous nous arrêtons sur le bas-côté quasiment toutes les cinq minutes pour capter une image, un instant et des couleurs et ce, malgré la grisaille ambiante. Les versants offrent des coloris absolument fabuleux. Il ne fait pas bien chaud mais le spectacle qui nous est offert, nous réchauffe le coeur.


















Nous parvenons enfin au parking, point de départ de plusieurs randonnées pédestres. Nous optons pour celle longue de 11 kms. Eh nous ne le regretterons pas. Avant cela, nous nous ravitaillons quelque peu car nous en aurons besoin. Mme Phil nous fait savoir qu'il faut trouver un "Truc I" (comprendre un point d'information) pour obtenir de plus amples précisions concernant les divers itinéraires de randonnées.

Le chemin est au départ très abrupt mais il en faut beaucoup plus pour décourager le Phil. Au sommet de cette ascension, il nous est procuré l'immense plaisir de tomber sur ça :





On en profite pour immortaliser l'instant :



La rando ne s'avère pas particulièrement difficile car une fois arrivés en haut, c'est du plat. Même un Stormy qui a l'habitude de gambader sveltement sur les versants des volcans d'Auvergne n'aurait eu aucun mal à parcourir ces 11 petits kilomètres.

Cà et là, des chamois peu farouches viennent brouter non loin de nous à tel point qu'on pourrait presque les toucher.



En chemin, nous rencontrons des randonneurs de la région qui, malgré leur accent quelque peu particulier, établissent un contact cordial avec nous. On fait une p'tite pause puis nous repartons.



La nature revêt aussi son lot de tragédies puisque nous passons près d'une plaque indiquant qu'une jeune femme a mis fin à ses jours en se noyant dans l'un des lacs que vous avez aperçus en photo. Ca refroidit un peu l'ambiance mais bon, c'était son choix.

La rando touche à sa fin. Heureusement d'ailleurs car nous en avons un peu plein les bottes. Nous traversons un ancien village de mineurs puis croisons ce que l'on appelle le lit de Kévin (une personnalité légendaire du coin).





Bien contents d'arriver enfin à la Punto qui frémissait d'impatience de nous revoir, nous repassons juste avant devant le "Truc I" si cher à Mme Phil. Un épisode qui, il faut bien le dire, nous a tous bien fait rire.





C'est certes épuisés mais contents que nous regagnons Dublin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Secret Voyage
avatar

Nombre de messages : 3749
Age : 55
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 18:29

Jeudi 14 août
Au revoir Dublin !!!!!!!! Direction Belfast en Ulster autrement dit l'Irlande du Nord. Avant cela, et cela constituait l'un de mes buts les plus importants durant ce voyage à savoir aller visiter la tombe de Phil Lynott au St Fintan's Cemetery à Sutton. Ca tombe le 14 août, jour anniversaire de mon regretté papa qui aurait eu 87 ans. Ca n'a pas effectivement de lien apparent mais bon j'y pense quand même.

La route qui mène à Sutton est de toute beauté puisque celle-ci longe le front de mer. Ca sent l'iode à plein nez et notre parcours est émaillé d'averses éparses. L'impatience me gagne naturellement malgré une violente averse qui nous tombe dessus. J'attends ça depuis si longtemps (1986) et je commence à râler......

Alors que nous entrons dans St Fintan's Cemetery et que nous nous dirigeons donc vers la tombe particulièrement fleurie du grand Phil, la pluie s'arrête subitement pour laisser place à une éclaircie pour le moins inattendue. "Phil nous a entendus !!!!!!" s'écrit Mme Phil. Le recueillement, l'émotion et quelques larmes nous envahissent tous surtout Mme Phil qui laisse échapper quelques sanglots.

En ce qui me concerne, je ne suis guère mieux même si j'intériorise davantage mon émotion. J'ai la gorge serrée. Bah oui, ça paraît con mais c'est comme ça. Nous restons un long temps recueillis en ce lieu paisible et observons les différents bibelots déposés sur la tombe ornée de motifs celtiques. On y trouve des photos de Lynott, des petites attentions, énormément de fleurs bien évidemment, des roses noires (en plastique, mais bon, elles sont quand même là), un gros coeur, des petits chiens et quelques médiators.
Un badaud nous rejoint et la conversation s'engage bien évidemment autour de Phil, Thin Lizzy mais aussi de Philomena. Un mec bien sympa qui m'affirme être très proche de Ricky Warwick de Black Star Riders.





















Bon j'espérais voir Philomena car celle-ci se rend à St Fintan quasi quotidiennement malgré son grand âge. Ce n'était pas le bon jour manifestement. Sans doute y est-elle allée le 20 août, jour anniversaire de Lynott.

Je décide de laisser une p'tite trace de mon passage en rédigeant un mot faisant état de toute l'admiration que je ressens à l'égard de ce grand artiste trop tôt disparu et qui manque cruellement à la musique aujourd'hui. Je le protège en l'insérant dans une pochette plastique.



J'aurais bien pris le temps d'aller rendre visite à Philomena mais nous étions un peu pressés et puis Mme Phil me fit savoir fort justement qu'il aurait été sans doute indélicat d'aller la déranger même si cela lui fait toujours plaisir que des fans viennent la rencontrer pour évoquer son rocker de fils.

Il est maintenant temps de partir sur Belfast, le coeur amer. Le trajet est plutôt agréable puisque ce n'est que de l'autoroute. Nous passons près du site de la bataille de La Boyne (1690) qui vit les Anglais défaire les Irlandais alliés aux Français. A la suite de cette bataille, les Anglais occupèrent l'Irlande et y imposèrent des lois discriminatoires ce qui leur permit de confisquer un bon nombre de terres.

Juste avant Belfast, nous faisons halte à l'Ulster Folk Museum qui propose un village du XIXème siècle totalement reconstitué. C'est absolument magnifique. Avant de le visiter, nous nous restaurons.










Un imprimeur très sympa avec qui nous avons conversé pendant une bonne heure.


Ca m'a fait chier.

Nous reprenons la route pour Belfast. Après un petit quart d'heure et épaulés par le GPS Thomas, nous atteignons notre hôtel qui est sympa sans être transcendant. Presqu'après avoir déchargé tous les bagages, nous nous ruons vers le centre ville distant d'un petit kilomètre pour aller dîner. Nous passons devant l'Ulster Hall où fut enregistrée une partie du double live mythique de Rory Gallagher à savoir Irish Tour.


L'Ulster Hall

Il faut savoir que le centre ville est un piège en ce sens qu'il n'y a aucun resto. Tout est fermé à 18:00 ce qui fait presque de cette ville une "ville-fantôme". Rien à voir avec l'effervescence de Dublin. Il faut donc bien bouffer et nous nous rabattons sur un vulgaire McDo...........qui lui est toujours ouvert....

Belfast est également la ville où fut construit le Titanic. Devant le City Hall (l'Hotel de Ville) sont recensées toutes les victimes du naufrage, naufrage qui continue de traumatiser les habitants même si l'on sait pertinemment que les causes du désastre ne sont aucunement liées à la construction même du paquebot.




L'impressionnant City Hall

Vu l'ambiance de la ville, on retourne à l'hôtel pour aller se coucher car nous devons nous lever tôt pour aller visiter le musée du Titanic. L'Ulster Hall était illuminé à notre second passage...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Secret Voyage
avatar

Nombre de messages : 3749
Age : 55
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 18:30

Vendredi 15 août
Le réveil se fait encore plus matinal que les jours précédents puisque nous décidons de partir visiter le musée Titanic. La visite se veut être assez longue et compte tenu de l'affluence en ces temps estivaux, il vaut mieux être dans les premiers.

Pour nous rendre au musée, nous devons emprunter un train de banlieue qui nous déposera à quelques encablures du site. Les portiques massifs de Harland & Wolff se dressent au beau milieu d'infrastructures navales impressionnantes.



Nous les contournons pour atteindre le musée qui se présente sous la forme d'une proue impressionnante de navire.



Le temps est au beau fixe ce qui mérite d'être signalé pour un pays comme l'Irlande.

Bien évidemment, outre les explications relatives à la conception et à la construction du navire qui, pour l'époque, n'étaient pas loin d'atteindre une certaine perfection. Bah oui, s'il a sombré le 15 avril 1912, c'était dû à une erreur humaine (vitesse excessive et ignorance des messages annonçant la présence d'icebergs).






Thomas Andrews, l'ingénieur du Titanic




Bruce Ismay, président de la White Star Line. Un vantard-né, responsable en partie du naufrage du Titanic puisque c'est lui qui intima l'ordre au capitaine Smith de maintenir la vitesse du navire afin de décrocher le Ruban bleu détenu par le Mauretania, autre transatlantique appartenant à la compagnie concurrente : la Cunard. Aujourd'hui, il serait qualifié de "sale bâtard" puisqu'il était parvenu à sauver sa chienne de vie en sautant dans une chaloupe. Il a réussi à vivre jusqu'en 1937. Si j'avais été à sa place, je me serais foutu une balle dans le carafon.










Le lieu du lancement du Titanic

Un musée sympa mais qui n'arrive pas à la cheville de l'expo qui s'était tenue à la Villette il y a une bonne dizaine d'années. Nous nous dirigeons vers le resto le plus proche où nous profitons encore une fois d'un repas très copieux. Vous avez par exemple un plat de lasagnes accompagnées de frites !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Nous mettrons ça sur le compte de la générosité irlandaise.

Nous repartons sur le centre ville de Belfast par le train, notre but étant d'aller admirer les fresques murales des quartiers catholiques et protestants. Pour cela, il faut remonter la grande artère Falls Road, un lieu qui fut le théâtre de nombreux affrontements dans les années 70-80.



Les fresques glorifient les martyrs de l'IRA assassinés par les groupes para-militaires unionistes (qui veulent rester au sein du Royaume Uni) ou bien les grévistes de la faim dont le plus connu fut Bobby Sands qui mourut le 5 mai 1981 après 66 jours de grève de la faim. Cela avait défrayé la chronique à l'époque en France. Aujourd'hui, la situation est stabilisée suite à l'accord de paix survenu en 2005. Donc l'Ulster ne craint plus. Le seul truc à éviter, c'est la parade orangiste du 12 juillet.

Côté catholique












Dans une rue perpendiculaire à Falls Road, il y a une petite rue qui mène vers le quartier protestant de Shankill Road. Juste avant d'y parvenir, nous traversons une sorte de no man's land dédié à la paix.





Côté protestant




Notre long périple le long de Falls Road se poursuit jusqu'au cimetière de Milltown où l'on découvre le monument dédié aux nationalistes irlandais dont Bobby Sands évoqué précédemment.







Le retour à pied vers le centre ville est plutôt pénible. Les trois filles ont mal au pied. On fait un crochet par le quartier protestant délimité par la longue artère Sandy Row. Des fresques attestant de la loyauté des protestants au Royaume Uni sont clairement visibles.













Au bout d'une heure, nous y parvenons enfin et tentons de dénicher un p'tit resto pour nous remettre de cette longue marche. On se rabat sur une pizzeria située non loin de notre quartier.
On ne va pas trainer parce que le lendemain, c'est le départ pour Derry. Ne pas dire Londonderry parce que les catholiques détestent ça.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Secret Voyage
avatar

Nombre de messages : 3749
Age : 55
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 18:32

Samedi 16 août
Départ pour Derry de bonne heure. Nous n'y resterons qu'une seule nuit. Nous repassons par le cimetière de Milltown car Mme Phil voulait refaire quelques clichés du mémorial dédié aux nombreux martyrs irlandais. Nous ne nous attardons pas trop car le programme est encore une nouvelle fois très chargé. Le temps est certes très gris avec un crachin qui étonnamment ne semble pas mouiller, ce qui fera dire à Léa que "la pluie en Irlande, c'est un concept." La route nous fait découvrir de superbes paysages qu'on n'imaginait même pas.







Nous prenons enfin la direction de Carrick a Rede où tous ceux et celles qui sont férus de sensations fortes, y trouveront leur compte. Juste avant nous effectuons une petite marche d'une vingtaine de minutes afin d'accéder au site.







Il s'agit d'un pont de corde un peu branlant mais hautement sécurisé qui relie deux falaises sur une hauteur de 24 m. De chaque côté, un type ne fait pas passer plus de huit personnes et demande parfois aux trainards d'accélérer le mouvement. D'ailleurs à ce titre, quelques Asiates qui voulaient faire les cons sur le passage retour se sont faits énergiquement réprimander par les deux "gardes" qui veillaient au grain. Cela s'est bien passé pour moi qui suis sujet au vertige. Mais bon, je n'étais pas très fier quand même...



Au retour, nous découvrons ça :



Nous partons pour le charmant petit port de Ballintoy, conseillé par le Guide du Routard, qui nous offre la possibilité de prendre de superbes clichés en noir et blanc.







Direction ensuite la Chaussée des Géants mais il est déjà tard pour nous y rendre dans l'immédiat compte tenu de la distance assez longue qui sépare Belfast de Carrick a Rede. Le Guide du Routard nous conseille un p'tit resto en bord de mer malheureusement hyper bondé. Un Irlandais nommé Michael venant de garer sa voiture, nous propose de garer la Punto à côté de la sienne. Puis, nous entendant parler français, il vient à notre rencontre pour tailler le bout de gras. Très admiratif de la France, il me parle de Bordeaux et de ses célèbres vignobles et de sa fille qui enseigne là-bas. Imaginez la discussion sous une bourrasque à décoiffer un moine tibétain.
On fait ceci dit quelques pas ensemble sur le site situé près de ce resto puis nous décidons de prendre congé sans omettre de prendre une petite tof en sa compagnie.









Quelques kilomètres plus loin, nous dénichons enfin un p'tit resto également recommandé par le Guide du Routard et pourvu d'un cadre très rustique qui nous propose un menu, ma foi, ENCORE très copieux proposé par une serveuse qui parle un français parfait et accessoirement très jolie. Une soupe bien chaude nous réconforte après ces efforts effectués sous la pluie qui est un concept.









Puis, qui voyons-nous rentrer bien après nous dans le p'tit resto ? Notre ami Michael qui, finalement se rétracte compte tenu du fait que c'est complet. Il nous fait signe puis ressort aussitôt.

Nous avalons notre dessert, réglons notre addition puis partons en toute hâte pour la Chaussée des Géants, un site soit dit en passant inscrit au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO. Le temps est très pluvieux et venteux et on n'a pas l'air cons avec nos audio-guides à l'extérieur qui marchent un coup sur quatre. Mais bon, le site se mérite après une petite marche de 15 minutes. C'est tout simplement divin même après avoir vu ça des milliers de fois en photo. C'est MERVEILLEUX !!!!!! Voire même enivrant. J'ai cherché le lieu exact où Gary Moore effectuait son solo dans le clip Out In The Fields avec Phil Lynott. En vain bien évidemment....









La Chaussée des Géants (ci-dessous)











Un petit chemin s'engage de l'autre côté de la Chaussée, de temps à autre vertigineux qui, ceci dit, nous offre un splendide panorama. Le vent souffle fort, très fort même à tel point que par certains endroits, nous devons observer une certaine prudence. Au bout d'un petit quart d'heure de marche sans grandes difficultés, le sentier s'arrête brusquement, n'ayant pas été aménagé.















Le retour s'avèrera pénible puisqu'il se met à tomber des cordes et là, la pluie irlandaise n'est plus un "concept". Ayant omis de prendre les capes de pluie, nous regagnons le point d'accueil complètement trempés. Heureusement, nous disposons de vêtements de rechange que nous revêtons en des lieux de fortune à savoir les chiottes. Mme Phil s'inquiète de savoir comment nous ferons pour faire sécher tout ça. Nous quittons la Chaussée des Géants pour nous diriger tout doucement vers Derry.

En chemin, nous croisons les magnifiques ruines du château de Dunluce où fut en partie tourné le clip Out In The Fields réunissant Gary Moore et Phil Lynott, titre qui avait eu un certain retentissement en 1985.









Nous reprenons notre route vers Derry où nous arrivons en début de soirée. L'hôtel où nous allons passer une nuit se veut être un peu kitsch. La chambre est froide et la douche ne fonctionne pas correctement. Enfin du moins, le principe que ne semble pas maîtriser la fille de l'hôtelière, est quelque peu complexe. D'où ensuite la célèbre phrase prononcée de façon récurrente par Léa au cours du séjour : "On n'est pas aidés." Globalement, une douche irlandaise, ça ressemble à peu près à ça donc simple d'utilisation.



Mais à Derry, il s'agissait d'une bague qui tournait autour d'un sélecteur qui indiquait soit l'eau chaude soit l'eau froide. Le problème résidait dans le fait que nous (la fille de l'hôtelière et nous-mêmes) ne parvenions pas à régler sur une température supportable. Soit on se brûlait, soit on se prenait de l'eau glacée. Voici le témoignage d'un Français qui s'est installé à Cork :

"La douche « Start & Stop »

Oui, nous en France nous avons soit deux robinets (un pour l’eau chaude et un pour l’eau froide), avec une seul sortie d’eau, soit un robinet thermostatique (celui où tu choisis la température de l’eau et la pression). Ici que nenni très chère, les maisons sont toutes équipées d’une douche « Start & Stop ». Non ici tu n’ouvres pas l’eau, tu l’allumes. Quand à la température c’est autre chose : tu as juste le choix entre chaud et froid. En ce qui concerne la pression de l’eau ou une température spécifique tu peux chercher tu ne trouveras pas. Le must du must est encore que la douche en plus d’être high tech, est un diesel. Je m’explique : quand tu l’allumes tu as droit à une eau brûlante, puis 20 secondes plus tard une eau glacée. Tu en viens même à te demander comment elle fait pour ne pas geler dans le tuyau. Puis à nouveau 20 secondes plus tard tu as le droit à une eau à température moyenne qui va te permettre de prendre une douche dans des conditions acceptables cette fois. La douche irlandaise, une douche tellement bien que vous voudrez absolument en changer."

Parallèlement, nous procédons à un lavage de vêtements de rechange car nous nous apercevons que le radiateur n'a pas été allumé (oui, je vous assure, il fait froid dans la chambre). Il se déclenchera seulement en fin de soirée.

On a la dalle. Nous nous rendons au resto le plus proche, une sorte de Buffalo Grill en moins bien, qui propose des plats guère diététiques. Même les salades semblent nager dans une sauce peu ragoûtante. Mme Phil ne finit même pas son plat à vrai dire trop épicé. J'ai goûté, c'était quasi imbouffable.

Nous écourtons le resto, la fatigue aidant et ne tardons pas trop à regagner notre "congélateur" qui n'en est plus un puisque le radiateur sur lequel nous posons nos vêtements mouillés, fonctionne enfin. Nous nous sommes endormis fissa, je peux vous l'assurer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Secret Voyage
avatar

Nombre de messages : 3749
Age : 55
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 18:38

Dimanche 17 août
Réveil difficile car effectivement la journée précédente ne fut pas de tout repos. Dans la nuit, le radiateur s'est finalement ré-éteint et donc les vêtements qui étaient supposés sécher, ne sont donc pas secs. Avec le temps qu'il fait dehors ce matin-là, ce ne sera pas chose aisée de les faire sécher.

La douche refait une nouvelle fois des siennes ce qui nous fait dire : "Bon vivement qu'on se barre de ce putain d'hôtel à la con." Le p'tit dèj est sympa mais bon, il est clair qu'on a envie de partir rapidement.

Les vêtements humides sont posés sur le devant, ce qui nous fait passer pour des Italiens en balade. Remarquez, la Punto est bien une voiture italienne. Tout va bien finalement.

Nous quittons l'hôtel, reprenons de l'essence puis effectuons un sightseeing tour de Derry en voiture sous la pluie. Derry est une ville qui n'a pas beaucoup de charme et qui a beaucoup souffert du conflit nord-irlandais puisque notamment le dimanche 30 janvier 1972 ("Bloody Sunday"), les Brits ont tiré sur des manifestants pacifistes faisant ainsi 14 morts et 14 blessés. Cet évènement tragique donna lieu des années plus tard à la célèbre chanson de U2, Sunday Bloody Sunday.

Sous la pluie, Derry tôt le matin n'est guère attractive. Ceci dit, quelques monuments et quelques fresques valent quelque peu le coup d'oeil mais bon, rien de transcendant. Cette ville ne nous a pas portés chance. On s'casse.






















Il s'est perdu.....

On ne s'attarde pas puisque nous avons l'intention de visiter le Glenveagh National Park qui n'est pas à côté. 60 kms par les petites routes, je peux vous dire que c'est long.

Après une petite heure de route, nous atteignons le parking prévu pour accueillir les touristes venant visiter ce superbe parc. Un bus nous emmène au pied d'un château imposant et magnifique à savoir le Glenveagh Park Castle qui ressemble en moins grand au château que l'on admire dans le film Greystoke.







Nous décidons d'entamer une petite balade qui, nous assure t-on, nous offrira un point de vue absolument fantastique. Juste avant cela, nous faisons une rencontre pour le moins insolite.





Nous traversons également le magnifique jardin du château qui nous offre de superbes couleurs vives.











Donc comme prévu, nous entamons une mini-rando qui grimpe grave au début, rando au cours de laquelle nous croisons un couple de Français avec une petite fille toute mignonne. Nous faisons état mutuellement de ce que nous avons vu et visité puis nous prenons congé. Quelques minutes plus tard, nous parvenons au sommet et là, mazette, le panorama est encore de toute beauté car à ce niveau-là, il faut dire que ce périple n'en manque pas.













L'heure du déjeuner approche. Nous redescendons tranquillement pour nous ravitailler. Mais avant cela, nous découvrons une autre facette du jardin du château. Au loin, nous percevons le son cristallin d'une musique irlandaise traditionnelle. Nous nous arrêtons quelques instants. C'est beau, c'est magnifique mais pas de Whiskey In The Jar.....







Le déjeuner est une nouvelle fois très copieux.

Mais, il nous reste des kilomètres à parcourir. Nous reprenons notre petit bus puis regagnons le parking où nous attend fièrement la valeureuse Punto. En route donc coeur vaillant pour la ville de Donegal.

Sur le chemin, les paysages majestueux s'étendent à perte de vue. Nous nous arrêtons sur un bas-côté toutes les cinq minutes pour prendre un cliché. Pas toujours facile de s'arrêter compte tenu de l'étroitesse de la route par endroits. De toute façon ainsi que je l'écrivais dans un précédent report, tout le monde fait ça.








Nous sommes protégés !!!!!!!!!!!


Nous ne sommes pas si seuls que ça....








Les tracteurs font la loi en Irlande !!!!!!! On en rencontre même sur des 4 voies !!!!!!





Nous atteignons enfin Donegal en début de soirée, petite ville au charme avéré. Mais nous en reparlerons plus tard. Le tenancier se veut être très amical, au début du moins....Il nous propose même sa machine laver et ce, gratuitement et m'offre généreusement un apéritif de bienvenue.

La chambre est correcte mais deux bémols sont à déplorer :
-Elle donne sur la rue donc bruit à prévoir, ce qui sera le cas.
-Les sanitaires sont à l'extérieur et sont à la disposition d'une dizaine de chambres. Obnubilés par les douches, nous vérifions son état de marche. Elle fonctionne mais l'eau est tout bonnement froide. Régie par un ballon, la douche est donc inutilisable pour ce soir. Génial....Compte tenu du prix qu'on paye, on a un peu les boules quand même.

Après avoir rangé nos affaires, il nous faut dîner. Un grand (par la taille) resto s'offre à nous et comme d'habitude, c'est ultra copieux. Une seveuse, au demeurant très sympathique, fait l'effort de pratiquer son français puisqu'elle est partie en France pendant quelques temps apprendre notre langue. Elle s'en sort tout à fait bien.

Se produit ensuite devant les clients, une chanteuse-guitariste à la voix rocailleuse et mélodieuse. Elle interprète des traditionnels irlandais, des standards de country music mais également de la pop music. Très sympa. La photo est un peu sombre. Dommage.



La fatigue commençant à nous envahir, nous regagnons l'hôtel pour y passer une nuit réparatrice car le lendemain encore de superbes sites s'offriront à nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Secret Voyage
avatar

Nombre de messages : 3749
Age : 55
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 18:39

Lundi 18 août
La nuit dans cet hôtel de Donegal ne fut pas très reposante pour deux raisons. L'activité dans la rue fut agitée avec notamment la sortie des bars tous proches dans un premier temps et des voisins de chambre qui ont passé une bonne partie de la nuit à parler fort. Nous ne sommes donc pas au meilleur de notre forme mais nous nous disons que nous sommes en vacances.

Cette fois-ci, la douche est chaude mais les gogues sont bouchées et un OFFR (Objet Flottant Facilement Reconnaissable) se fait un 15cm en longueur dans l'eau opaque. Bon, je laisse tomber.

Un breakfast, ma foi, fort affriolant nous attend dans une salle décorée coquettement avec des bibelots de toutes sortes. Pour ma part, je me contente d'un café au lait, de toasts grillés et d'un jus d'orange. Pas envie d'Irish breakfast. Le linge que nous avions donné à laver, nous est rendus par les propriétaires de l'hôtel qui ne semblent plus aussi amicaux que la veille. Bon, ce n'est pas grave.

La Punto est garée dans un parking très étroit. Il y a au moins cinq voitures garées à quelques centimètres les unes des autres. La prudence est donc de mise pour sortir de ce pétrin puis gagner l'allée très étroite qui s'engouffre sous un porche et qui débouche sur la rue principale. La circulation est déjà bien active en cette heure bien matinale.

Direction donc le port de Teelin, charmant petit village dont on dit qu'il a engendré toute une génération de "fiddle" (violon). Nous y parvenons tranquillement mais sûrement. Le vent souffle très fort mais bon, ça fait du bien. Au loin, nous apercevons la fameuse île en forme de baleine.





Nous rencontrons un wesh avec qui nous sympathisons puis un métalleux qui nous fait peur.


Le wesh


Le métalleux

Nous reprenons la Punto qui est sage comme une image direction les falaises de Slieve League. Nous atteignons un site, ma foi, très fréquenté et décidons donc de garer la voiture sur un bas-côté de fortune. On nous a informés du fait que le panorama après une petite ascension, est magnifique et vertigineux. Effectivement nous ne sommes pas déçus. Enfilant nos capes puisque comme l'a prétendu Léa, "la pluie demeure un concept" en Irlande, nous gravissons facilement un flanc de montagne pas trop abrupt. Naturellement, je ne m'approche pas trop du bord....

















Au retour de ces falaises, nous subissons la colère des éléments puisqu'une pluie torrentielle s'abat sur nous. Les capes nous protégeant efficacement, nous nous en tirons heureusement à bon compte.

Compte tenu du temps qui est très incertain, nous nous dirigeons vers Glencolumbkille, un petit village situé à l'extrémité ouest de la péninsule de Slieve League mais nous ne nous arrêtons pas.

Nous continuons donc notre route en n'omettant de nous ravitailler dans un petit restaurant situé dans un autre petit village côtier. Encore une fois, les plats sont généreux.







Il nous reste encore quelques curiosités ce jour-là dont notamment ce site sauvage connu sous le nom de Malin Beg, une sorte de bout du monde avec une superbe plage en contrebas. Les mouettes et les goélands argentés y pépient avec force. Il ne fait pas bien chaud mais bon, faire trempette. En Irlande ne sera pas chose que nous referons immédiatement.















Nous amorçons le retour vers Donegal en n'omettant pas de passer par ce lieu hautement conseillé par le Guide du Routard en l'occurrence Glengesh Pass qui nous offre encore et toujours une vue splendide. Depuis le début de ce périple, nous en avons admiré une certaine quantité.











Direction ensuite Ardara, charmant petit village pour ensuite tenter de trouver la route des grottes, route que nous ne trouverons jamais. Ce "blaireau" de Thomas (le GPS) ne nous sera d'aucune utilité et nous fera tourner en rond pendant un certain temps.
Las de cette entreprise sans lendemain, nous reprenons notre itinéraire de retour vers Donegal distant de 80 km tout de même car il se fait tard.

Au bout d'une heure, nous atteignons enfin notre but. On a les crocs. Le grand air, ça creuse. Nous trouvons un petit resto au charme non dissimulé. De superbes boiseries ornent son intérieur. Un bon repas nous remet des émotions de la journée.





Nous décidons de conclure cette magnifique journée par un pub afin de déguster une bonne bière. Des danseuses au moment où nous pénétrons dans le très confiné établissement, apprennent à certains touristes certains pas de danses locales puis se produisent seules. Pour couronner le tout, un ensemble de cinq six musiciens entonne de vieux traditionnels irlandais (toujours pas de Whiskey In The Jar......). L'ambiance y est très détendue, l'alcool aidant. Au bout d'une petite heure, épuisés que nous sommes, nous prenons le chemin de l'hôtel pour aller prendre un repos réparateur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Secret Voyage
avatar

Nombre de messages : 3749
Age : 55
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 18:54

Mardi 19 août
Ce matin-là, lever un peu plus tardif car la distance à parcourir n'est pas très conséquente. Direction donc Castlebar, une petite bourgade de l'Ouest industrielle et commerçante. Un site particulièrement important pour nous, Français puisqu'en 1798, le général Humbert et donc l'armée française ont foutu une méga-branlée aux rosbeefs. Je me dis qu'on va être bien accueilli. Un monument y a même été érigé :




Le général Humbert : un mec qui fout une branlée aux Brits, on lui rend hommage.

Avant cela, nous prenons la route de Sligo, que nous visiterons un peu plus tard dans la journée. En effet, le premier site à visiter concerne les tombes mégalithiques de Carrowmore situées à quelques kilomètres. Thomas, le GPS et sa voix suave nous égarent une nouvelle fois. Le mieux sera de demander à un type du coin qui m'indique la direction avec un accent "pas piqué des hannetons".

Sur place, un circuit bien défini nous permet d'apprécier au mieux le site.











La "visite" effectuée, une petite randonnée nous attend, à savoir le soi-disant tombeau de la Reine Maeve (selon certaines rumeurs, elle aurait été inhumée ailleurs) juché sur un joli promontoire. Après quelques minutes de facile ascension (40 mn), nous atteignons le sommet qui offre une vue sur 360°.



Pendant l'ascension










En redescendant, comme on a peu la dalle, on se baffre de petits paquets de chips car il est quand même pas loin de 15h. La Punto nous emmène ensuite vers Sligo, une ville d'environ 20000 habitants qui brille par son effervescence. L'immense poète Yeats (prix Nobel de littérature en 1923) est enterré dans les environs, plus précisément à Drumcliffe.

http://www.tombes-sepultures.com/crbst_951.html

Une ville sympa qui n'a pas ceci dit de charme particulier.











La faim nous tenaille et ce ne sont pas les quelques chips avalés gloutonnement qui nous ont rassasiés donc direction un genre de salon de thé situé au bord de la Garavogue, la rivière qui traverse Sligo.







Il nous reste une distance relativement importante à parcourir. Nous devons donc rallier Castlebar au plus vite. Il nous faut une bonne heure pour y parvenir. La ville ressemble à une ville-fantôme. Vous avez lu l'album du même nom de Lucky Luke ? Eh ben, c'est quasi pareil. Aucun véhicule be circule.

Par contre, l'hôtel qui fait également pub, est sympa. La douche fonctionne parfaitement (bah oui, maintenant, c'est la première chose qu'on regarde) et la tôlière est assez mignonne et sympa (ce qui ne durera pas....). Après avoir rangé nos affaires dans la chambre, nous redescendons pour le dîner qui sera d'excellente qualité. Non loin de nous est assis un couple qui se révèlera être de nationalité nord-irlandaise. Nous entamons la conversation qui déborde inévitablement sur le conflit nord-irlandais. Ce qu'ils nous diront se révèlera très instructif (même si je le savais déjà). En effet, il n'y a aucun désir de voir l'île réunifiée par qu'économiquement, il s'agirait d'un réel manque à gagner. Et puis politiquement, rien ne dit que la sécurité des unionistes soit assurée si tel était le cas.

Sur ces bonnes paroles, nous prenons congé car la journée de demain s'annonce particulièrement éprouvante avec l'ascension du Croagh Patrick.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Secret Voyage
avatar

Nombre de messages : 3749
Age : 55
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 18:55

Mercredi 20 août (anniversaire de Phil Lynott)
Sans doute l'une des journées les plus difficiles. En effet, le but "du jour" était de gravir le Croagh Patrick, sorte de "montagne sainte" pour les Irlandais, une sorte de Sinaï qu'il faut gravir au moins une fois dans sa vie. Les pèlerins catholiques le font tous les 17 mars, pieds nus et ce, dans le but d'expier tous leurs péchés.
Partant très tôt de Castlebar après un petit déjeuner très copieux, il nous faut quand même trois petits quarts d'heure en Punto pour atteindre le parking immense du Croagh Patrick qui se dresse devant nous. De loin lorsque nous l'apercevons, nous avons la nette impression que cela va être relativement facile. Nous allons vite déchanter.


St Patrick

Une ascension qui donc au départ, se veut être tranquille, nous permet dans le même temps d'admirer des paysages vraiment sublimes. Le temps est certes un peu couvert mais bon, on n'est pas aux Baléares. Ces nuages confèrent au site une beauté sans nom.











Ca se complique quand on aperçoit ça.


Ca ressemble de par l'atmosphère au Mont Ventoux ou bien au Mont Gerbier de Jonc pour ceux qui connaissent. Une montagne presque lunaire dont le chemin est un véritable amas de gravats qui se dérobent sous vos pieds donc difficile à gravir. Mme Phil est sur le point de rebrousser chemin surtout que le dénivelé est impressionnant. Il y a du vent, c'est également très fréquenté et il n'est donc pas toujours aisé de s'y frayer un passage.
J'en ai fait des randonnées mais celle-là, je m'en souviendrai encore longtemps.







Après plusieurs heures, nous parvenons enfin au sommet (autant le dire, on est "rincés") où nous attend un superbe panorama à 360°, juste récompense de nos efforts. S'y dresse également une petite chapelle blanche faisant un peu penser aux bâtisses hélléniques. Au centre se trouve un petit emplacement dédié à St Patrick où certains badauds déposent quelques offrandes.









Le temps commence à se couvrir. De fait, il est temps de redescendre sachant que nous allons certainement mettre du temps compte tenu du chemin.







En effet, ce n'est pas sans risques car comme je vous l'ai dit précédemment, les pierres se dérobent sous nos pieds. Nous manquons à chaque fois de nous ramasser du moins sur la partie la plus pentue du Croagh Patrick. Ensuite, cela s'avère être plus simple.
Au bout d'une petite heure et demie, nous atteignons le parking. Juste à côté se trouve un petit restaurant un peu genre cafette. Tout le monde est visiblement épuisé. Nous n'avions pas prévu d'autres visites pour cette journée.

En sortant du resto, nous remarquons un mémorial surmonté d'un magnifique navire, mémorial qui rappelle la Grande Famine de 1845. Famine qui occasionna le départ d'un nombre important d'Irlandais vers les Etats-Unis.





Nous repartons tranquillement vers d'autres aventures, nous arrêtant sur des sites absolument magnifiques telle que cette abbaye en ruines près du Croagh Patrick.









Autour de cette abbaye s'étend un autre paysage absolument divin. C'en est enivrant





La Punto apprécie aussi.... :mrgreen:


Direction Westport, une charmante petite bourgade située pas tout à côté du Croagh Patrick.









Les maisons sont colorées un peu comme en Norvège, certes un peu plus basses mais très pittoresques et très jolies un peu comme elles le sont à Disneyland Paris...... A noter que la Bretagne est à l'honneur. Solidarité celtique !!!!!!!



Je suis sûr que c'est un très bon docteur... :mrgreen:












Westport est quand même assez étendu et puis nous marchons au ralenti.. Nous prenons donc notre temps allant de petit magasin en petit magasin. On dirait des zombies errant dans une ville en quête d'une éventuelle proie. :mrgreen:













Willow a même son propre établissement.... lol!


Nous quittons étonnamment Westport assez tard et regagnons Castlebar. La taulière de l'hôtel au départ sympathique, semble être fermée comme une huitre. Je me demande si ce ne serait pas dû à la discussion que nous avons eue la veille avec le couple nord-irlandais. Mais bon, on s'en fout, on bouffe et nous sommes partis nous coucher sachant que la prochaine étape était Galway qui va nous offrir une autre ambiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Secret Voyage
avatar

Nombre de messages : 3749
Age : 55
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 18:57

Jeudi 21 août
Après une nuit qui n'a pas été tout à fait réparatrice car levés tôt et plutôt pressés de prendre congé de la tenancière de cet hôtel qui ne vit que par la télé qui semble être allumée 24h/24, nous quittons la ville sinistre de Castlebar pour nous diriger vers Galway distant de 83 km, une ville dont on dit qu'elle est très animée. J'espère que ça va nous changer. Le temps est au beau fixe, c'est déjà ça pour le moment.
Nous prenons la décision de nous diriger vers une abbaye en ruines située à Aghagower. Le site n'est pas très gai certes mais il offre une vision traditionnelle de l'Irlande d'hier. Tous les stéréotypes irlandais y sont et ce, grâce au cimetière qui entoure cette abbaye.















Au fur et à mesure que nous progressons vers Clifden, petite bourgade située sur la côte ouest, le temps commence à se gâter.









Fondée par John d'Arcy en 1785, Clifden n'a que pour seul intérêt d'avoir accueilli Marconi, l'inventeur de la TSF mais aussi le télégraphiste Jack Phillips qui embarqua en 1912 sur le Titanic. La ville est animée en ce jour très pluvieux puisque s'y tiennent un concours canin mais aussi une compétition hippique.

Nous ne faisons pas halte dans l'immédiat à Clifden mais optons plutôt pour la visite de son château...........en ruines situé à quelques kilomètres de là. Nous garons la Punto qui a bien mérité de se reposer pendant quelques temps. Pour atteindre le château, nous devons parcourir un petit kilkomètre sur un chemin de terre jalonné de succulentes framboises et mûres.







Après une petite vingtaine de minutes, la petite famille parvient enfin à son but découvrant ainsi une superbe bâtisse non dépourvue de charme mais laissée à l'abandon. Quel dommage !!!!!!!







De retour sur Clifden, il est vivement temps de nous restaurer. Un établissement, ma foi, fort sympathique nous propose des mets absolument succulents pour une somme très modique.



Pour digérer un peu tout ça, un petit tour de la ville s'impose. Sympa sans plus avec ceci dit quelques petites curiosités. Une ville trop feutrée à mon goût où l'on ne sent pas la convivialité affichée dans d'autres villes sauf Castlebar.... :mrgreen:











Nous irons ensuite du côté de la manifestation présentant les concours canins et hippiques qui, ne présenteront qu'un intérêt relatif à nos yeux.

La décision est prise de repartir sur Galway car il reste malgré tout une certaine distance à parcourir. Surtout qu'il s'agit de petites routes pour une petite..........Punto. Et puis, s'il est dans notre intention de nous arrêter afin d'admirer de superbes paysages, nous devons anticiper. Et ce sera le cas en chemin.




















Moi, j'vous l'dis, nous sommes bénis...

En fin d'après-midi, nous arrivons à destination. Galway n'est pas, si je me souviens bien, une ville particulièrement belle mais l'accueil qui nous y réservé est très convivial nous changeant quelque peu de celui de Castlebar. L'hôtel est propre. Nous en profitons pour prendre un peu de temps pour nous reposer un petit peu avant d'aller dîner. Car autant vous le dire, la fatigue commence à se faire sentir.

Pour le dîner, nous optons pour une sorte de grand pub très bondé où règne une ambiance bon enfant. On a faim donc on se commande tous des hamburgers très goûteux. Un groupe local s'y produit reprenant des traditionnels irlandais. Soudain, un air qui m'est familier, se fait entendre. Il s'agit de Whiskey In The Jar popularisé par Thin Lizzy puis de Lizzy encore, on a droit à Dancing In The Moonlight pour finir sur un Going To My Hometown de Rory Gallagher. Emotion garantie, je vous l'assure.
Après ce moment fort en émotion, donc, nous quittons ce restaurant, flânons un peu dans la ville très animée ainsi qu'on me l'avait dit, passons à proximité d'autres pubs d'où s'échappent tour à tour des traditionnels de la Verte Erin et regagnons notre hôtel pour nous reposer de cette journée bien remplie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Secret Voyage
avatar

Nombre de messages : 3749
Age : 55
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 18:58

Vendredi 22 août
Galway, nous n'y resterons qu'une petite soirée car nous comptons nous diriger sans attendre vers Limerick, distant de 168 km. Limerick qui est la troisième ville en termes de population en Irlande (après Dublin et Cork). Dans la précipitation, Mme Phil égarera ses Ray Bans mais ne s'en apercevra que beaucoup plus tard..... Sinon, il est vraiment dommage aussi que nous ne soyions pas restés un peu plus longtemps à visiter plus longuement le Connemara. Ce sera pour une autre fois. Mais bon pour ce 22 août, nous nous sommes concoctés un joli petit programme en termes de jolis sites à admirer. En chemin, nous apercevons ce superbe château répondant au doux nom de Dunguaire Castle construit en 1520, paraît-il et qui ressemble un peu au célèbre Eilean Castle situé en Ecosse. Arrêt obligatoire donc pour prendre quelques photos.






Eilean Donean Castle en Ecosse

Puis, direction Ballyvaughan, une charmante petite bourgade aux maisons très colorées qui nous accueille.




:mrgreen:





L'étape sera longue donc nous ne nous attardons pas trop car en chemin, il est un site que nous désirons voir à savoir le point de vue de Black Head. En empruntant la Wild Atlantic Way, une route longeant la côte irlandaise, nous avons l'opportunité d'admirer de superbes paysages. Il est vrai que depuis le début de notre périple, nous avons été gâtés.


Le trajet de la Wild Atlantic Way









Si vous pouvez admirer autant de photos c'est dû au fait que Mme Phil me contraint à m'arrêter à l'arrache sur un bas-côté pour prendre une photo qu'elle juge intéressante. Ceci dit, sur le fond, elle n'a pas tort mais bon parfois, cela peut présenter un certain danger comme couper la route pour aller me garer à droite de la chaussée (rappel important : on conduit à gauche en Irlande).

Le mec, content de s'être arrêté à l'arrache sur le bas-côté.....






Arrivés à Black Head où, reconnaissons-le, il fait frisquet avec du vent en prime, nous profitons malgré tout, du cadre majestueux qui nous est offert. Il s'agit d'une grande plateforme rocailleuse qui présente par certains endroits quelques fissures où il serait facile de se tordre un pied.











Malgré ces conditions quelque peu défavorables, nous y restons encore un peu puis repartons tranquillement. L'heure passe et il est déjà temps de nous restaurer. Nous faisons halte dans un p'tit resto perdu au milieu de nulle part. Le repas sera très bon mais l'accueil sera glacial à l'image du temps qui règne à l'extérieur. Désolé mais on n'a pas pris de photos sur ce coup-là.
Pour faire court, on mange fissa puis mettons les voiles. Assez rapidement, nous nous retrouvons au milieu de nulle part dans une sorte de désert rocailleux, un paysage lunaire en somme. La Punto s'arrête à l'arrache...Dans un grand "Rush", mes filles testent l'écho et voici ce qu'il en ressort :





Après avoir fait "mumuse" avec les "cailllllllloux" (accent Francis Cabrel), je demande aux filles de regagner la Punto afin de nous diriger au plus vite pour un site qui va se révéler être grandiose à savoir les Falaises de Moher. Après une bonne demi-heure de route, nous atteignons enfin notre but. Le vent souffle fort et là, il fait encore plus froid. Deux itinéraires nous sont proposés. Autant vous le dire, je suis quelqu'un qui suis sujet au vertige et donc, je n'en mène pas large quand on me dit que par certains endroits, on va passer très au bord des falaises.....







Le premier itinéraire mène vers une tour dont l'accès se révèle être payant. Aucun intérêt donc à nous y éterniser sauf bien évidemment pour admirer la vue.











Notez que certains touristes n'hésitent pas à braver les dangers du vide. Un peu plus loin, nous nous apercevrons qu'un mémorial dédié aux victimes imprudentes a été construit sur le chemin du deuxième itinéraire.



Bien évidemment, c'est le genre de truc qui ne me rassure pas. Surtout que je vois ma famille qui, elle aussi, s'approche un peu trop du bord....Autant ne pas leur transmettre mes craintes et de fait, je pars de l'autre côté.



Le deuxième itinéraire est un peu plus long mais lui aussi, a la particularité de passer très près du bord. Pour "nous mettre en forme", nous passons près du mémorial mentionné plus haut.







Le vent ne cesse de souffler et c'est donc très prudemment que nous progressons sur ce chemin bien balisé. Mais moi, j'balise.....Ca ne va pas durer trop longtemps (le vent souffle en rafales très violentes mais nous avons étonnamment droit à un soleil radieux). Cela étant, ne faisons pas non plus la fine bouche pour la bonne et simple raison que j'apprécie le spectacle "quand même" (faudrait être maso pour ne pas l'apprécier) qui nous est offert car il s'agit d'un véritable présent de Dame Nature.







Nous regagnons donc le parking et à ma grande surprise, nous tombons sur ça :


Chuis au volant....







Nous ne devons pas trop trainer car il nous reste 149 km à parcourir pour atteindre Limerick. Nous passons par une très jolie petite ville répondant au doux d'Ennis mais nous nous n'y arrêtons pas. Il faudra qu'on y retourne.
Après presque deux heures de route, nous atteignons enfin Limerick. Il s'agit d'une ville sans charme particulier (remarquez, il faisait nuit quand nous sommes arrivés....mdrrr). Ensuite, nous prenons nos quartiers dans notre hôtel au demeurant très propre puis nous rendons dans un resto certes bondé mais convivial. Une fête y est organisée par des Ecossais. Ca danse, ça chante et l'alcool coule à flots.



Mais bon comme on a la dalle, on se dirige direct vers une table pour y consommer un bon coupe-faim.....mdrrrrr.



Reparlant de notre journée ô combien passionnante, nous n'avons pas le courage ensuite d'aller faire un tour dans la ville et préférons regagner l'hôtel pour récupérer de notre journée. Le lendemain, direction Killarney.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phil
Secret Voyage
avatar

Nombre de messages : 3749
Age : 55
Date d'inscription : 29/12/2008

MessageSujet: Re: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 18:59

Samedi 23 août
Départ très tôt de Limerick pour Killarney, distant de 110 km. Le temps est au beau fixe et moins frais que la journée précédente. Nous atteignons une charmante petite localité nommée Adare qui fourmille de touristes. Le site est agréable notamment son église certes très massive dont la nef très intimiste reste pour nous un moment
d'émerveillement. Quelques maisons en toit de chaume sont disséminées çà et là dans la ville ce qui lui confère un charme unique.












Le Mîme Marceau local.....

C'est une journée un peu particulière car compte tenu de la distance qui nous sépare de Killarney, nous n'avons pas prévu énormément d'activités par rapport aux journées précédentes. Enfin, pas tout à fait puisque contrairement aux autres jours où nous effectuions des "visites" ou des activités avant la destination du jour, tout se situe autour de Killarney. C'est un peu une journée de transition. Le trajet naturellement s'effectue sans encombres et ce, grâce à une Punto verte qui nous emmènera de toutes les façons partout où nous le voudrons. Elle en veut.....moi j'vous l'dis. Laughing Laughing Laughing

Nous passons d'abord par l'hôtel très kitsch s'il en est, un hôtel dirigé par une femme, ma foi, sémillante et bien de sa personne. Pour faire court, il s'agit d'une belle femme. On sent d'ailleurs que son hôtel, elle lui accorde toutes les attentions, ne laissant aucun détail au hasard. Tout est à sa place.









Nous reprenons donc la voiture afin d'aller admirer le parc de Killarney dont nous dit qu'il est magnifique de part en part. Cela ne va pas tarder à nous l'être confirmé puisque nous découvrons un parc immense avec en son centre un château imposant. L'heure du repas a sonné et c'est donc à la cafétéria du château que nous nous rendons pour y prendre un bon repas.







Un peu de marche nous sera très bénéfique et donc nous décidons de faire un grand tour dans le parc. Plusieurs itinéraires nous sont proposés à partir du château. On opte pour un sentier boisé assez bucolique qui après 3 petits quarts d'heure, nous mène à une sorte de maison typique du coin dont l'entrée est excessivement chère.















Sur le chemin du retour, nous obliquons vers la gauche afin de tomber sur les jardins du château.







Après cette balade, nous v'là partis pour le centre ville de Killarney au demeurant très animé car se tient un défilé de tracteurs.














Un admirateur


Un bluesman local

Ma fille cadette nous presse soudainement car il lui faut impérativement trouver du tabac.
Au bout d'une petite vingtaine, nous parvenons à lui en dénicher dans ce que l'on appelle un "newasgent", ce qui pourrait correspondre à une presse qui vend du tabac. Nous entreprenons une petite balade, regardons (enfin mes filles) les quelques stands de bijoux qui les intéressent. Le vendeur très sympa semble adorer les Français et nous demander s'il ne nous est pas trop difficile de comprendre l'accent. On lui répond que là où ce fut le plus ardu, ce fut à Derry en Ulster. Il confirme cet aspect des choses nous disant que lorsqu'il y est allé, il avait éprouvé certaines difficultés à comprendre les gens du coin. C'est vrai qu'il y a un putain d'accent là-bas comme en Ecosse......

Nous poursuivons notre petite visite de la ville qui, en ce samedi, est comme je l'ai écrit précédemment, très vivante. Ca fourmille de partout et c'est vraiment agréable.

L'heure du repas arrive à grands pas. Nous trouvons une grande brasserie où mes filles se tapent chacune un cocktail-maison avant le repas lui-même. J'opte pour ma part pour une bière locale.

Après avoir encore arpenté les rues de Killarney, nous rentrons tranquillement sur l'hôtel car demain nous comptons faire le tour du Kerry (The Ring Of Kerry), ce qui va certainement prendre du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minstrel atHome
Ghost of a Rose
avatar

Nombre de messages : 1108
Age : 53
Localisation : Genève
Date d'inscription : 13/08/2011

MessageSujet: Re: Irlande 2014   Dim 3 Mai - 21:08

super Ca donne envie d'y retourner... Et pourquoi pas pour le Bally Shannon Rory Gallagher festival 2016, idée à creuser siffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/Nicoolasify
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Irlande 2014   

Revenir en haut Aller en bas
 
Irlande 2014
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Irlande 2014
» Mon voyage en Irlande
» Un DFrag II pour 2014 ?
» La Belgique gagnera la coupe du monde en 2014 ?
» Ma Ptite Collection - AES Maj le 15/02/2014

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blackmore's Night France :: Ritchie Blackmore et Blackmore's Night :: Discussions diverses-
Sauter vers: